ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Ultime Frontière présente ses meilleurs vœux à ses membres et à ses (nombreux) lecteurs fidèles.
Puisse cette nouvelle année 2020 être réellement un 20/20...
Longue vie et prospérité à toutes et à tous.

#1 14-01-2012 07:00:00

yrad
admin

ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

Crédits officiels :
- Histoire & dialogues : René Echevarria
- Réalisation : Jonathan Frakes


Flash required

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 7 [63.64%])

    63.64%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 2 [18.18%])

    18.18%

  3. 8 (excellent)(voix 1 [9.09%])

    9.09%

  4. 7 (bon)(voix 0 [0%])

    0%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 0 [0%])

    0%

  7. 4 (insuffisant)(voix 1 [9.09%])

    9.09%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 11

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 14-07-2013 09:46:25

dl500
TOS Forever

Re : ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

10
Top franchise sans hésitation. Brent Spiner est d’un talent incroyable dans son interprétation. Transmettre autant d’émotions à l’écran tout en interprétant un être qui n’en a pas. Ce type n’a pas eu la carrière qu’il méritait. Il a un talent fou. Les dialogues sont tous, à chaque ligne, parfaits. C’est ciselé, remplis d’émotion et de retenue. On peut tous à un moment ou un autre, se reconnaître au détour d’une phrase.
Stewart est encore une fois impérial. Et Bravo à la réalisation de Frakes, aérienne et démonstrative tout en sobriété. Son "caméo" est à mourir de rire.
Les 10 dernières minutes sont poignantes. Un indispensable de TNG et même de ST tout court.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#3 14-07-2013 09:56:19

dvmy
Vrai con, mais pas faux-cul

Re : ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

C'est bon de se replonger dans du vrai Star Trek après l'insulte STID, non?


R. I. P PSTF. Aujourd'hui c'est devenu le PFSTH, Portail Francophone du Star Trek Historique, qui décide pour vous ce qui est ou non du Star Trek.

Hors ligne

#4 14-07-2013 15:53:45

dl500
TOS Forever

Re : ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

dvmy a écrit :

C'est bon de se replonger dans du vrai Star Trek après l'insulte STID, non?


C'est clair! wink

Après ST bouze, revoir TNG c'est revoir la lumière!

D'ailleurs, je vais remposter d'autres commentaires, j'ai fini la saison 3 mais je n'ai pas tout poster. Si ça peut permettre d'enterrer le sujet du "film" de Jar Jar...


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#5 26-07-2013 09:10:25

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

8/10
Je vois cet épisode comme une suite à The measure of a man.
La décision de Philippa Louvois n'aura finalement protégé que Data. Les services de recherche de starfleet restant tout puissant juridiquement.

Picard reste fidèle à lui-même, sans défaut face à une nouvelle forme de vie et rappelle à l'amiral son devoir de respect de la découvert de la vie.
Malgré l'intransigeance de Hartfel, du pur ST, lorsque celui-ci propose son aide à Data.

La relation Data/Lal est un peu cul-cul la praline, mais finalement si trekkienne dans cette "humanité parallèle" voulant également s'améliorer..
La production s'en sort facilement pour ne pas garder Lal à bord de l'Enterprise et comme autre humanoïde positronique. D'ailleurs n'y-t-il pas une erreur lorsque Data se définit comme le seul de son espèce ? Et Lore ?
La fin de Lal justement ne viendrait-elle pas expliquer pourquoi Soong n'a pas donné les sentiments à Data ?

Dernière modification par IMZADI (26-07-2013 12:34:21)


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#6 02-04-2015 16:53:26

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

Après Yesterday's Enterprise, la saison 3 de TNG livre  un nouveau chef d'oeuvre sans sourciller .
The Offspring !  45 minutes de pur bonheur , un  incontournable de l'héritage .
Top Franchise , et ce pour plusieurs raisons.. D'abord et avant tout pour  l'histoire,  ensuite  pour la performance exceptionnelle  de Brent Spiner et le fait que cet épisode est celui des grandes premières:
Premier scénario de René Echevarria & première réalisation de Jonathan Frakes.. Tout deux réussissant leur épreuve de feu au delà de toutes les attentes.

A l'instar de RDM, René Echavarria est l'un des meilleurs scénaristes Star Trek issue de l'école  Michael Piller & l'un des futurs maîtres d'oeuvre de Star Trek Deep Space Nine.
Pour son premier script, René Echevarria réussit un coup de maître. D'autant plus que tout The Offpspring est porté par   le style romantique de son auteur.. Cette marque qui font toute la singuliarité d'épisodes comme  Explorers.DS9.3, Nor Battle To The Strong.DS9.5, Chrysalis.DS9.7
320x240.jpg

The Offspring peut être lut comme la suite officieuse de The Measure Of Man.TNG.2 & une étape importante dans l'évolution de Data, puisse qu'il se dote en toute innocence d'une progéniture: Lal ( Beloved / La bien aimé en Hindou )..
Au delà des questionnements sur l' intelligence artificielle & la définition d'une  (nouvelle) forme de vie, The Offspring est avant tout une ode poétique à l'amour filial , à  la responsabilité parentale ..
TNGS3D4-2.jpg
"Congratulations Data , It's a girl !"

Tout parents digne de ce nom ne peut être que touchés par l'éducation et l'attention que porte Data pour sa fille_ Lui incapable de ressentir la moindre émotion .
Toute personne  peuvent  reconnaître son  enfance dans l'évolution de Lal en être sentient.. Chaque scènes, chaque dialogues qui voient "grandrir" Lal,  contient sa petite pierre précieuse, sa leçon de vie et d'amour que tout enfant ou parent devraient (re)connaître instinctivement .. Rien n'est plus précieux que la vie que l'on crée, rien n'est plus précieux que l'amour que l'on porte à nos parents , à nos enfants ..
C'est ce qui fait le sel tragi-comique de cet épisode.. Cette leçon d'humanité nous ait donné par une machine qui n'est censé pas  en avoir..

C'est encore une fois une émotion forte porté par la performance exceptionnelle de Brent Spiner..Sans l'ombre d'un doute,  sa meilleure prestation dans la peau de Data.. Si Brent Spiner avait vécut au temps du cinéma muet, il aurait été une star , l'égal de Charles Chaplin , Buster Keaton , Stan Laurel .. Un sens innée de la pantomime à laquelle sa partenaire Hallie Todd (Lal) se livre sans retenue.
D'ailleurs The Offspring me fait penser une version  cybernétique de The Kid de Chaplin .
kid-warner.jpg theoffspring-300x229.jpg

Tout cette émotion et ses thémes d'amour parentale se fondent à merveille dans la particuliarité " Androïde Soong" de Data et Lal ,  ouvrant ainsi de nouveaux niveaux de lectures...
lal.jpg
Cette scène par exemple .. Ou Data laisse  choisir à Lal  sa propre forme physique.. Choix qu'humain,  à la naissance,   nous ne pouvons pas faire peut être vu comme un parent laissant à son enfant le choix de son orientation sexuelle. A  souligner le maquillage androîde très  original de Michael Westmore , c'est presque dans ce cas un changement de sexe ! wink

Le dernier acte ressemble à une réminiscence du procès de The Measure Of A Man. Les droits de Lal et de Data sont bafoués pour le bien du plus grand nombre.. Je préfére penser encore  au The Kid de Chaplin..
Cette scène ou l'autorité vient arracher le gamin au vagabond .
The_Kid_Scene_N_23_bigger.jpg
En lieu et place du Vagabond, c'est Picard qui monte sur ses grands chevaux, nous rappellant que la lutte pour les droits est un combat permanent .

C'est hélas  le moment ou le beau programme ( dans le sens littéral et figuré du terme ) se déteriore . Ce moment magique ou Lal touche l'émotion se transforme en tragédie . Lal entre dans l'âge adulte et se meure..Un sort qui n'est pas sans rapeller  celui de Rayna Requiem for Methuselah.TOS.3.
Réné Echevarria est bel et bien un fan de TOS transcendant ici  cette idée,  en une scène intime  et bouleversante.. Ce que je ne souhaite à aucun parents , voir mourir son enfant.
Ce que Data ne peut ressentir nous le ressentons pour lui, renforçant _ si besoin était, notre empathie pour lui et sa fille .. J'ai beau avoir vu cette scène des dizaines de fois, le résultat est garantie : cryblue
37008.jpg
"I feel."
"What do you feel, Lal?"
"I love you, father."
"I wish I could feel it with you."
"I will feel it for both of us... thank you for my life." cryblue cryblue cryblue

Plus Humain que l'humain. cry

Réalisation inspirée de Jonathan Frakes, interprétations pleine de tendresse ( Whoopi Goldberg en grande forme ) font de  The Offspring un épisode qui restera à jamais gravé dans nos coeurs, comme les souvenirs de Lal dans le cerveau positronique de Data ..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#7 26-07-2020 14:59:57

SuricateNRV
candidat

Re : ST TNG 03x16 The Offspring (Paternité)

Oh la la... Je sais pas trop quoi penser de tout ça. Au début je trouvais ça un peu too much, un peu sorti de nulle part et puis... Data qui se considère comme un père, mais la paternité n'est-elle pas un sentiment?

J'assemble les ingrédients, je fais un gâteau magnifique : c'est ma création, j'en suis fière et attachée, mais si on le l'achète, s'il tombe, s'il est mangé, okay. J'assemble les ingrédients biologiques/technologiques, j'en fais un enfant, j'en suis fière et attachée : soit j'ai le sentiment d'être mère et je met bat pour mon gosse (comme Data), soit je n'ai pas de sentiment (comme supposément Data) et alors advienne que pourra de cet enfant, malgré l'illogisme d'une décision extérieure.
Ou peut-être que je me trompe moi-même sur tout ce bordel de sentiment.

Je crois que, même si je suis touchée par le personnage de Data, que sa complexité et les questions qu'il me fait me poser m'interpellent et m’intéressent, je suis de plus en plus loin de comprendre ce que l'on a voulu faire avec ce personnage. Peut-être est-ce ma propre sensibilité et ma propre confusion qui m'empêchent de percevoir les subtilités entre "avoir appris une émotion et la rejouer" et "ressentir une émotion". Je vais rester ouverte à Data parce que si je me braque, ça va compliquer encore les choses mais là... Pfrt. J'en ai pas parlé sur les autres épisodes mais c'est pas le 1er qui me perd encore alors qu'à la fin de la saison 02, j'avais réussi à mettre des concepts et une logique sur lui.
C'est pas grave, allons-y pour la suite, il reste tout pleins d'épisodes!

Il n'a pas trop de sens, le comportement de l'amiral... Outre le fait qu'il soit particulièrement paternaliste et condescendant envers Lal, les arguments qu'on lui oppose sont tout de même particulièrement prenant et jamais il n'aurait eu cette réaction s'il s'agissait d'un être vivant non-androïde. Du coup, ça rend sa décision absurde et comme le rappelle Picard, on a eu tout un épisode sur le statut juridique d'être vivant conscient et libre de Data, on bafoue ici une décision légale qui sous-entend que Starfleet Command est quand même capable de bien nous la faire à l'envers si elle veut.

Imzadi a écrit :

D'ailleurs n'y-t-il pas une erreur lorsque Data se définit comme le seul de son espèce ? Et Lore ?

En fait, je crois qu'il dit qu'il est le "dernier de son espèce", ce qui je crois, devrait faire compter feu Lore comme en faisant partie.

Bon sinon, à part mon incompréhension émotionnelle, j'ai bien aimé cet épisode. Il est passé assez vite et Data est très bon dans son rôle. Picard aussi, droit dans ses bottes. Ha et j'ai bien aimé les 30 secondes d'écran de Riker aussi.

Ai-je pleuré à la fin de Lal? "Thank you for my life"..? Hell yeah.


"Qu'arrive-t-il à l'observateur aux yeux écarquillés, lorsque la fenêtre qui sépare réel et irréel explose et que les morceaux de verre commencent à voler en tous sens?" [Stephen King, Vue imprenable sur jardin secret]

Hors ligne

Pied de page des forums