ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 14-01-2012 07:00:00

yrad
admin

ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

Crédits officiels :
- Source : John Kneubuhl
- Histoire & dialogues : Gene Roddenberry, Gene L. Coon
- Réalisation : Ralph Senensky

Flash required

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 1 [9.09%])

    9.09%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 1 [9.09%])

    9.09%

  3. 8 (excellent)(voix 5 [45.45%])

    45.45%

  4. 7 (bon)(voix 1 [9.09%])

    9.09%

  5. 6 (correct)(voix 1 [9.09%])

    9.09%

  6. 5 (passable)(voix 2 [18.18%])

    18.18%

  7. 4 (insuffisant)(voix 0 [0%])

    0%

  8. 3 (médiocre)(voix 0 [0%])

    0%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 0 [0%])

    0%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 11

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 26-10-2012 23:36:54

mypreciousnico
_________

Re : ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

Un bon 8 smile

Un excellent épisode, pas spécialement kitsch en plus pour une fois, à l'exception de quelques chorégraphies de combat un peu bancales, mais rien de bien terrible.

Le scénario est passionant. C'est un peu une uchronie déguisée, pour un thème que j'ai déjà vu dans des romans de SF. Il me semble que c'est Robert Silverberg qui avait écrit un roman qui partait du postulat : et si Rome n'était jamais entrée en décadence ?
Le titre du roman m'échappe…

Le rythme de l'épisode est vraiment son point fort, on ne s'ennui jamais c'est trépident et bien réalisé.
On peu comprendre les tourments du Capitaine Metrick, son retournement final est d'ailleurs plutôt attendu et sans surprise.

Bon le dernier faux-twist final sur Jésus Christ est pas forcément terrible. C'est un peu lourdingue, surtout mis en scène de cette manière.

A noter, une très belle scène sur l'humanité de Spock et l'amitié entre MacCoy, Kirk et Spock, alors que le docteur et le Vulcain sont enfermés en cellule.

Dernière modification par mypreciousnico (26-10-2012 23:50:26)

Hors ligne

#3 17-11-2012 09:51:08

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

9.
Un vrai bonheur. Spock/Bones, cette relation d’amitié profonde est ici développée à sa juste valeur. Mc Coy souligne à juste titre et touche en plein "coeur" les failles du vulcain. Celles-ci seront montrées de façon plus explicites dans "a journey to Babel".
L’idée d’un empire Romain n’ayant pas subit de décadence est bien amenée pour finalement critiquer (déjà !) les programmes de TV réalité. Car c'est aussi un manifeste contre la tv commerciale!
Reste que l’on a droit au développement de l’anglais et à des raccourcis scénaristiques (pour des raisons de budgets) un peu trop faciles qui nuisent à l’histoire. La fin est torchée en 3 min et la rédemption de Metrick  bâclée.
En revanche, l’idée du Christ expliquée par Uhura est bien amenée. Finalement se dire que tout est déjà écrit,  que l’universalité existe. Photocopions l’histoire terrienne, et developpons là comme référence d'évolution universelle; sur ce sujet ST est allé  jusqu’au bout.


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#4 14-05-2014 09:07:32

yrad
admin

Re : ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

(En complément de ce post)

Superbe uchronie que n'aurait pas reniée Poul Anderson combinant avec une étonnante vraisemblance la survivance de l'Empire romain et la révolution industrielle pour offrir un parallèle savoureux entre les consuls romains (chargés entre autre de "divertir le peuple" pour faire diversion par rapport aux affaires d'état) et les magnats des médias de divertissement du 20ème siècle (produisant entre autres TOS). La charge se révèle un sommet d'anticipation visionnaire que la récente série britannique Black Mirror ne renierait pas : les jeux du cirque (avec morts réelles) seraient appelés à devenir la télé-réalité de demain (une téléréalité qui n'existait pourtant pas encore dans les sixties !)… à moins que ce ne soit l'inverse. Une thématique suffisamment fondatrice pour devenir un standard dans les productions des années 2000, du Doctor Who de Russel T Davies à Hunger Games.

Mais Bread And Circuses ne s'arrête pas là : il adresse également plusieurs leçons de relativisme dignes de la meilleure SF littéraire. Cette société unifiée techno-romaine intrinsèquement cruelle… a pourtant été génératrice de bien moins de guerres et de génocides que la nôtre. Un exemple où la "big picture" rationnelle contredit frontalement la seule perspective émotionnelle (et idéologique).
Quant aux humains du passé (alternatif), ils réussissent par leur seule intelligence à tenir tête à des cadors venus du futur bourrés de technologie. Le proconsul Claudius Marcus n'a ainsi aucune difficulté à utiliser les propres réglementations de Starfleet pour la paralyser et même l'asservir, rappelant ainsi que le progrès moral, intellectuel, et technologique sont trois notions totalement indépendantes. Un concept que saura fructifier à son tour l'inénarrable ST VOY 03x04 Future's End de Brannon Braga.

Le twist final révélant que le culte du soleil ("sun") ne serait en fait que celui du fils de Dieu ("son") pourrait apparaître au premier abord comme une autre manifestation des inclinations prêchi-prêcha de Gene Roddenberry, mais cette fois au profit d'un christianisme… intergalactique, c’est-à-dire catholique (alias universel dans le sens le plus littéral)… anticipant ainsi les prises de position vaticanes sous le pontificat de Benoît XVI (notamment celles de Jose Gabriel Funes et l'Observatoire astronomique de Castel Gandolfo).
Mais en même temps, le twist final pourrait participer de la démystification religieuse trekkienne, où Jésus Christ ne serait plus une incarnation divine… mais un simple jalon évolutionniste – au même titre que la romanité - dans le cadre de l'Hodgkin's Law of Parallel Planetary Development dont la planète 892-IV serait l'une des plus éloquentes illustrations. Soit la désacralisation ultime pour un Chrétien.

TOS 02x14 Bread And Circuses est un épisode qui rappelle à tous les trekkers de mauvaise foi (ou un peu amnésique) à quel point Gene Roddenberry, bien avant d'être un gourou de l'humanisme, était surtout un grand auteur, précurseur de concepts lucides et matures… longtemps avant que ceux-ci ne soient galvaudées à force de reprise et de banalisation.

Top franchise (10/10)


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#5 19-03-2017 13:59:30

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

Je partage l'enthousiasme de mes camarades pour cet épisode largement sous estimé..
Evidemment pour différentes raisons. C'est d'abord le seul & unique épisode écrit par les deux Gene ( Roddenberry & Coon ) & c'est aussi le dernier produit par Gene L. Coon que je considère comme le père fondateur oublié de Star Trek ( on lui doit Starfleet , la Fédération , la Prime Directive, Les Klingons , rien que ça ).

Donc à mes yeux , cet épisode est un Landmark .. Derrière Gene L.Coon , La Série Originale perd de son panache .

Bread And Circuses est dans son exécution , un épisode qui marque à la fois l'ambition du show & ses limites..
C'est presque comme un point de rupture selon moi.. L'ambition  du script , son fourmillement d'idées & ses audaces ( trop littéraires ) sont parasités par ses limites budgétaires & techniques..

Il faut quand même représenté  un Empire Romain post moderne , réduit ici à un petit  salon & un plateau de TV cheap..

Heureusement & comme toujours avec La Série Originale , ce show a beau avoir 50 ans au compteur , son propos subversif n'a rien perdu de son acidité . Ca reste toujours et encore une satire pertinente sur  la nature humaine. Une fable Voltairienne qui n'a rien perdu de sa perspicacité.

Cet empire Romain qui n'a pas évolué depuis 2000 ans  peut paraître comme un élément science fictionnel, une  uchronie au premier abord. C'est en réalité , une attaque virulente des deux Gene sur le monde d'aujourd'hui ( le leur , le nôtre ).. Pour eux, Il y a beaucoup avoir la démocratie , le Christianisme et ses cousins religieux.. Depuis Rome, le concept de civilisations n'a pas bougé en 2000 ans , ça reste toujours un rapport de force entre le riche et le pauvre , le maître et l'esclave, le faible et le fort .. & que nous sommes loin , loin du monde fraternel et égalitaire que représente l' USS Enterprise..

Une ligne de dialogue ne trompe pas à ce sujet , le monde de Bread And Circuses est bel et bien le nôtre: Une Rome antique qui a à peine évolué.

KIRK: But if there have been slaves for over 2,000 years, hasn't there always been discontent, runaways?
FLAVIUS: Long ago there were rebellions, but they were suppressed. And with each century, the slaves acquired more rights under the law. They received rights to medicine, the right to government payments in their old age, and they slowly learned to be content.
SPOCK: Even more fascinating. Slavery evolving into an institution with guaranteed medical payments, old-age pensions.
.

Oui  Mr Spock met dans le mille , Nous vivons dans une époque ou l'esclavage est une institution garantie par quelques aides médicales & une pension de retraite.
Le contraste qu'opère le monde de Star Trek avec cette Rome du XX ème ( XXIème ) siécle est saisissant. Nous sommes bien loin des liens qui unissent Spock & Bones par exemple.. Que tout séparen que tout rapport n'est que conflit  ( " c'est deux là sont ils ennemis "  se demandera Flavius ) , mais finissent toujours par se retrouver fraternellement et à un pied d'égalité..
Comme le prouve la scène ou ses deux frères ennemis se soucient du sort de Kirk..

Kirk qui par sa force de caractère fascine  le citoyen Claudius.. Incorruptible jusqu'au bout de son sourire malicieux. Le contraire du Captain Merrick qui a vendu son équipage pour (sur)vivre dans cette société qu'est la nôtre.. Merrick , c'est une fois encore l'humain dans toute sa faiblesse .. On peut le comprendre, mais en face de Kirk comme Claudius le remarque   cette faiblesse devient trop évidente..

Le côté Spartacus de l'épisode est un peu raté sur les bords.. Pas assez exploré  & restreint par les limites budgétaire et technique, mais elle se rattrape néanmoins avec une métaphore qui trouve son sens Trekkien uniquement dans la langue de Shakespeare..  Un jeu de mot entre children of the sun ( les enfants du soleil  )  et children of the son (les enfants du fils )

Si il est évident que cela parle de Jésus Christ , il est  permis d'y avoir le message de Star Trek , qui est aussi une philosophie d'amour et de fraternité totale..
Kirk & son équipage étant à la fois les enfants d'une étoile ( notre soleil ) & ceux du fils ( de  l'homme ).

Exceptionnel donc..


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#6 13-02-2019 03:17:35

McRaktajino
membre du club

Re : ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

Encore une Terre bis avec un "et si"...

Je ne suis pas très fan de ce concept mais il faut reconnaître que celui d'aujourd'hui est très intéressant.

Que serait l'esclavage après 20 siècles d'évolution ? La réponse donnée ici est très pertinente et même assez gênante tant elle ressemble à notre propre condition.
Le divertissement est toujours là et forcement c'est des combats de gladiateurs à la TV. L'idée est bonne mais je la trouve moins intéressant car on n'est pas face à une dérive de la télévision, comme on verrait dans Running Man (j'adore ce film), mais juste une évolution logique de la manière d'apporter le divertissement qui lui n'a pas changé. Je ne pense pas qu'on puisse y voir une critique de la TV en elle même, ce que j'ai pensé au début.

"Vous savez pourquoi vous n'avez pas peur de mourir Spock, c'est car vous avez peur de vivre". Les échanges entre McCoy et M. Spock sont souvent un régal et ici c'est particulièrement savoureux, émotionnellement et humoristiquement.

Après oui, Kirk est pour changer l'homme le plus classe du monde, tellement que même le méchant l'admire, et les fights de gladiateurs sont un peu cheap, mais ça passe sans problème et pas car j'ai vu pire dans d'autres épisodes, non, vraiment ça passe.

Excellent.

Hors ligne

#7 18-04-2019 12:01:23

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TOS 02x14 Bread And Circuses (Sur les chemins de Rome)

8/10

Encore un officier de Starfleet qui se retrouve à polluer un monde, mais étrangement après Miri et la réflexion de Kirk sur Ekos la planète nazie, il est improbable qu'une civilisation étrangère connaisse la même culture et le même développement, nous nous retrouvons pourtant avec un empire romain alien.

Ce qui est chouette est de découvrir cet officier de Starfleet qui a simplement essayé de s'intégrer et de survivre
D'une certaine manière en laissant la capture de Kirk, il se réapproprier le directive première mais comme tout grand officier, il sait la contourner pour sauver ses collègues : Kirk ans co par son sacrifice.

Je pense que pour démontrer cette situation, ces décisions, la représentation de l'Empire romain n'était pas nécessaire, la création d'une nouvelle civilisation pouvait se faire.

De bons moments d'amitié au sein du triumvirat.


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

Pied de page des forums