ULTIME FRONTIÈRE

Le portail Star Trek francophone

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 14-01-2012 07:00:00

yrad
admin

ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Crédits officiels :
- Histoire : Oliver Crawford
- Dialogues : Oliver Crawford, Shimon Wincelberg
- Réalisation : Robert Gist


Flash required

Appréciation :

  1. 10 (top franchise)(voix 5 [25%])

    25%

  2. 9 (exceptionnel)(voix 1 [5%])

    5%

  3. 8 (excellent)(voix 4 [20%])

    20%

  4. 7 (bon)(voix 2 [10%])

    10%

  5. 6 (correct)(voix 0 [0%])

    0%

  6. 5 (passable)(voix 1 [5%])

    5%

  7. 4 (insuffisant)(voix 2 [10%])

    10%

  8. 3 (médiocre)(voix 3 [15%])

    15%

  9. 2 (raté)(voix 0 [0%])

    0%

  10. 1 (pitoyable)(voix 2 [10%])

    10%

  11. 0 (trahison)(voix 0 [0%])

    0%

Votes totaux: 20

Les invités ne peuvent voter


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#2 21-01-2012 09:02:34

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Je sais que je vais faire bondir (et hurler) de nombreux forumeurs qui le portent aux nues, mais ST TOS 01x16 The Galileo Seven est un épisode très très surévalué ! p

Loin des apologies usuelles, l'un des rares intérêts de ST TOS 01x16 The Galileo Seven est de révéler (involontairement mais on s'en contentera) la pression impérialiste que les humains exercent (encore) spontanément sur les Vulcains, et que ST ENT assumera et renforcera pour dépeindre les rapports conflictuels entre humains & Vulcains un siècle avant. A la lumière de ST ENT, le personnage du Lieutenant Boma prendra tout son intérêt comme ultime survivance au 23ème siècle de la xénophobie anti-Vulcaine viscérale qui était monnaie courante au 22ème.
ST TOS 01x16 The Galileo Seven possède également l'intérêt de poser une exoanthropologie convaincante (la taxonomie des natifs de Taurus II comme order 480-G anthropoids et la référence à la Folsom culture), et par une analyse comportementale de ces "primitifs" relativement structurée (bien que parfois involontairement comique).
Enfin, l'épisode s'illustre par le réalisme d'une recherche planétaire très laborieuse dès lors que les systèmes de détection de l'USS Enterprise sont inopérants, rétrocédant à la planète Taurus II son gigantisme (chose hélas par trop inhabituelle la franchise).
Ah oui, il faut souligner que le remastering des effets spéciaux est absolument superbe, l'un des meilleurs que compte la série originale.

Mais pour le reste, c’est-à-dire 90%, l'épisode ne mérite que des reproches.

L'énorme point faible de ST TOS 01x16 The Galileo Seven est sa psychologie, alors qu'ironiquement, l'épisode prétend être une étude de comportement. Les interactions sur Taurus II sont bâclées, et le commandement de Spock est plus que douteux. Celui-ci se révèle tellement glacial que sa froideur devient contreproductive et finalement illogique. Pas seulement sur un plan psychologique, mais également méthodologique. Il ne cesse d'invoquer la logique alors que ses décisions ne le sont pas (à la limite de l'auto-caricature). Existe-t-il quelque chose de plus ridicule qu'un Vulcain en mode "logic in name only" ? roll

Spock expose gratuitement à une mort certaine plusieurs red shirts (Latimer et Gaetano), et tant qu'à faire avec un gros coup de pouce de leur part (la façon dont Gaetano se laisse complaisamment tuer est digne des pires scènes de Plan 9 From Outer Space lol). But évident : susciter (bien artificiellement) le mécontentement des subordonnés humains envers le style de commandement vulcain... mais en évitant (lâchement) de mettre en scène la seule véritable audace dont le ressort de l'épisode était porteur (mais qu'un programme familial des années 60 n'aurait pu se permettre) : abandonner froidement à une mort certaine sur Taurus II plusieurs équipiers bien portants pour permettre au plus grand nombre de survivre !
Ainsi, au lieu de figurer l'impitoyable efficacité de la logique vulcaine et le malaise moral qu'elle aurait dû susciter (comme lorsque Spock exhortait Kirk à assassiner de sang-froid Gary Mitchell dans le remarquable second pilote ST TOS 01x01 Where No Man Has Gone Before), ST TOS 01x16 The Galileo Seven escamote les véritables enjeux en ridiculisant (plus ou moins involontairement) la "logique" de Spock, le tout saupoudré de poncifs primaires sur la fonction de commandement… et d'introspections à contre-emploi (confinant à l'auto-apitoiement pathétique).

Et tout ça pourquoi ? Eh bien afin de "montrer" qu'il aura fallu que le Vulcain fasse lui-même "l'expérience du désespoir" et embrasse l'irrationalité humaine pour finalement réussir à sauver l'équipage du Galileo 7 !
Le prêche aura été grossier (comme une leçon de patronage pour mioches), malsain (car l'illogisme de Spock n'avait d'égal que le racisme anti-Vulcain de la majorité des humains* du Galileo 7), foireux (parce que perdu pour perdu, la logique – aussi bien vulcaine qu'humaine - imposait dans tous les cas de bruler le carburant restant pour attirer l'attention), et prétexte - pour se payer une partie de rigolade forcée et ultra-artificielle à la fin de l'épisode (l'un des "tics" récurrents de la série originale... devenu à force un gimmick daté). Mais en la circonstance, l'humour frise l'indécence : est-ce que seulement quelqu'un songe encore - durant l'épilogue prétendument hilarant - à la mort (totalement vaine) de Latimer et de Gaetano (sans compter O'Neill) ? Bah! tout le monde s'en fout, ce n'était après tout que des red shirts, ils étaient juste nés pour crever dans l'ombre des héros et favoriser ensuite quelques railleries ritualisées... big_smile

* Si Spock est une caricature de Vulcain, la plupart des Terriens du Galileo 7 sont des caricatures d'humains, passant leur temps à contempler leurs émotions voire à féticher leur droit-à-l'émotion ! Des sept équipiers du détachement, il n'y a finalement que Scotty et Mears à s'être comportés de façon professionnelle. Le comble tout de même pour la crème de la crème de Starfleet. damn

La pseudo-"démonstration" de ST TOS 01x16 The Galileo Seven est donc outrée et bidon, et l'épisode exhale un anthropocentrisme (voire une anthropolâtrie) plus étouffant encore que d'habitude. Ce n'est pas en discréditant grossièrement la première expérience de commandement de Spock et plus généralement la logique vulcaine en action (au point que le Vulcain semble être le plus illogique des protagonistes de l'épisode, le comble !) que l'on plante un contexte et des personnages crédibles !

Voilà donc un bel exemple de médiocre Star Trek, mais que la série ST Enterprise sera parvenue (comme souvent) à grandir (un peu) en l'insérant dans une perspective diachronique.

3/10


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#3 21-01-2012 09:35:54

dvmy
Je sens l'appel de la lumière

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Pas du tout d'accord. Pour moi c'est un chef d'oeuvre de TOS. Au-delà de la kitscherie de la forme c'est un épisode fabuleux pour Spock, bien plus que Amok Time, et les dialogues et les rapports entre les persnnages sont excellents.

Hors ligne

#4 21-01-2012 10:59:03

mbuna
Artificiel

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Ouhlala.... L'un de mes épisodes préférés....


Star Trek, je devais te quitter pour préserver notre amour, mais je vais attendre un peu.

Hors ligne

#5 21-01-2012 11:21:37

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Je me doutais bien que vous alliez aimer mon petit pamphlet. big_smile

C'est d'ailleurs pour ça que j'ai commencé par cet épisode-là ! p
Car faire l'éloge de ST TOS 01x28 The City On The Edge Of Forever ou dégommer ST TOS 02x12 I, Mudd... aurait été un peu trop consensuel. lol


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#6 21-01-2012 12:40:27

tamata
Le cancre de la classe

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Cote= 10

Et oui, l'un de mes préféré dans TOS.
Monsieur Spock et sa logique vulcaine mis à mal. Ca ne peut qu'être savoureux et intéressant.
Je ne prend pas du tout l'épisode comme un de ces humano centrisme car je ne le prend même pas comme une attaque en règle sur ce brave Spock.
L'épisode va surtout s'en prendre à la froideur et au rationnalisme absolu qui ne sont pas forcément les bonnes attitudes dans certaines situations désespérées.
Spock veut appliquer de la méthode dans les actions à entreprendre mais oublie que la situation n'est plus controllable.
Il veut être absolument rationnel mais oublie que ceux qui sont avec lui ne le sont pas. Sacrifier 2 hommes pour en sauver 5 est peut être facile pour un ordinateur voir pour quelqu'un qui ne fait que discuter de la chose sans en être le moins du monde concerné. Mais c'est beaucoup plus difficile pour des humains directement concernés.
Spock refuse de tenter le tout pour le tout car ce n'est pas dans sa nature. Mais il n'admet pas non plus qu'arrivé à un certain point, seul des actes réflexes ou un coup de poker, peuvent encore faire la différence.

Cet épisode met bien en évidence que l'intelligence et la logique ne sont pas tout pour pouvoir être le commandant. Jusqu'à un certain point, le protocole, les règles de hiérarchie, les techniques de combat et de survie apprises en théorie lors de simples entrainements sont parfaitement valables. Mais au delà d'un certain point et notamment quand le désespoir devient une composante majeure de la situation, il faut alors d'autres qualités pour continuer à garder la main sur ses hommes et s'en sortir.


Tamata signifie : "celui qui ne renonce jamais" en polynésien.

Hors ligne

#7 21-01-2012 13:14:53

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Ton analyse s'appliquerait à cet épisode, Tamata, si celui-ci était parvenu à éprouver la logique vulcaine et à en révéler les limites. Dans ce cas, j'aurais été le premier à applaudir.

Le hic, c'est qu'il n'y a rien de tel dans ST TOS 01x16 The Galileo Seven !

Parce qu'à aucune moment Spock n'agit de façon logique sur Taurus II : il aligne illogismes et fautes décisionnelles, révélant que non seulement il est un bien médiocre Vulcain, mais qu'il est également un bien médiocre commandant. A se demander ce qu'on lui a appris à Starfleet ! Et comble de la négation du flegme vulcain : au sommet de son impéritie, Spock en vient à se lamenter publiquement sur ses décisions et sur lui-même !!!
Ah mais par contre, "la logique", Spock n'a que ce mot-là à la bouche ! Du coup, jamais dans un épisode ST, ce motto vulcain n'aura été aussi vide de sens.

Et comble de l'absurde, ce n'est qu'en orbite que pour la toute première fois Spock agit de façon logique. Seulement là, tout le monde y voit un signe d'humanité ! roll

Tout ce que ST TOS 01x16 The Galileo Seven aura réussi à "mettre en évidence", c'est que les humains sont plus logiques que les Vulcains, et que les Vulcains se gargarisent de ce mot sans vraiment le comprendre !!! eek
Un peu ballot tout de même... SADBLUE


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#8 21-01-2012 16:43:06

Vic Fontaine
Holo-modérateur

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Spock un mauvais vulcain ? C'est surtout un hybride vulcain-humain !
Un critère  à prendre en compte en regardant c'est épisode, que personnellement je note à 8.


I've got Star Trek under my skin
I've got Star Trek deep in the heart of me
So deep in my heart, that it's really a part of me

Hors ligne

#9 06-10-2012 22:59:34

mypreciousnico
_________

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

4.

Le premier épisode à ce pencher de manière aussi détaillée sur la logique Vulcaine. Seulement voila, l'intrigue sur Taurus II n'est pas toujours très cohérente, il y a même des passages qui relève presque de l'amateurisme pur et simple à mon sens. Comme l'impression de regarder un fan film.
Aussi les deux red shirts (qui ne sont pas red mais peu importe) sont  vraiment trop voyants. En particulier le second. Sa mort est ridicule est inutile. Pourquoi le laisser en arrière, à découvert qui plus est ?
Le commandement de Spock ne me parait pas sensé (à ce niveau je rejoint beaucoup Yrad), comme si le commandant cherchait tous les moyens possibles pour s'attirer l'animosité de son équipage. C'est particulièrement…illogique !

Quelques bons passages néanmoins. L'opposition entre la froide logique de Spock et les sentiments à fleur de peau, teinté de panique du reste de l'équipage (pas forcément dans les situation comme je diasais plus haut, mais dans les dialogues), la toute puissante technologie de l'Enterprise réduite à néant, la sensation d'urgence à cause du compte à rebours…

Visuellement l'épisode a subit un sacré upgrade au niveau des SFX. Si pour la nébuleuse ça fonctionne bien, le reste fait trop plastique à mon gout. On vois trop que c'est de la 3D sur beaucoup de plans et au final les effets sont trop envahissants. C'est le premier épisode ou les SFX refaits me font cet effet.

Hors ligne

#10 06-10-2012 23:34:57

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Interressant vos points de vues Yrad et toi sur un épisode qui pour moi est réellement le début de TOS que j'aime; c'est à dire après la première douzaine d'épisodes "Janice Rand".
Je ne vais pas tarder à le revoir et je confronterai mon avis aux vôtres.
Je vous trouve particulièrement durs alors que vous pouvez être beaucoup plus souples sur ENT...


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#11 06-10-2012 23:55:46

mypreciousnico
_________

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

dl500 a écrit :

Interressant vos points de vues Yrad et toi sur un épisode qui pour moi est réellement le début de TOS que j'aime; c'est à dire après la première douzaine d'épisodes "Janice Rand".
Je ne vais pas tarder à le revoir et je confronterai mon avis aux vôtres.

Pas de soucis wink

dl500 a écrit :

Je vous trouve particulièrement durs alors que vous pouvez être beaucoup plus souples sur ENT...

Je suis prêt à argumenter mon point de vue smile
Je ne pense pas être spécialement dur envers TOS ou conciliant envers ENT. En tous cas des deux séries je suis prêt à parier que ça n’est pas ENT qui est traité de la manière la plus "souple" par la majorité des Trekkers lol

Concernant The Galileo Seven, les réflexions de Spock sur la planète me paraissent souvent guidées par les besoins du scénario.
A l'image de sa stratégie de tirs de phasers pour démontrer leur puissance de feu, la supériorité de leurs armes (c’est entre autre ce passage que je qualifie de "quasi amateur"). Il fonde sa réflexion logique en supposant que les créatures vont réagir de la même manière que les espèces qu'il connais déjà. "La logique voudrait que...".
Je trouve ça très léger de la part d'un homme à ce niveau de responsabilités. Il ne suffit pas de dire qu'une chose est logique pour qu'elle le soit.
Car justement la notion de logique est ici poussé tellement loin qu'elle en devient stupide. Comme ces argumentations sans fin pour l'enterrement des deux red shirts. Le temps passé à en discuter est stupidement gâché...
D'une manière générale le passage sur  Taurus II me parait raté parce que c’est justement traité par dessus la jambe et que c'est inconsistant. A moins que ça soit le manque de moyen qui fasse ça.

Intrinsèquement j'aurais du mettre 3 à cet épisode. Mais bon, la scène finale, le jeu de Nimoy...

Dommage parce qu’il y avait une bonne accroche, d'excellents passages. Et puis l’exploration de la logique Vulcaine. Il y avait moyen de faire mieux...

Dernière modification par mypreciousnico (06-10-2012 23:57:10)

Hors ligne

#12 08-10-2012 22:52:57

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Mypreciounico a écrit :
dl500 a écrit :

Je vous trouve particulièrement durs alors que vous pouvez être beaucoup plus souples sur ENT...

Je suis prêt à argumenter mon point de vue smile
Je ne pense pas être spécialement dur envers TOS ou conciliant envers ENT. En tous cas des deux séries je suis prêt à parier que ça n’est pas ENT qui est traité de la manière la plus "souple" par la majorité des Trekkers lol

Ce que tu prends pour un deux poids deux mesures, Dl500, n'est qu'un effet de trompe l'œil. p

La série prequelle a enduré une décennies de calomnies insultantes, y compris sur ce forum. Donc en réaction, Mypreciousnico et moi (et d'autres membres qui ne postent hélas plus) défendent ENT avec une détermination inépuisable. Un simple principe de rééquilibrage envers l'injustice.   

A l'opposé, ST TOS ne souffre d'aucune calomnie (du moins au sein des cercles trekkers). Nul n'éprouve donc de motivation à surcompenser par un zèle apologétique.
Pour autant, point de sévérité injustifiée. La distribution des bons et mauvais points varie simplement selon les trekkers. Ce qui est statistiquement naturel.

Par exemple, en ce qui me concerne, la première douzaine d'épisodes de ST TOS auxquels tu attribues en moyenne de timides 7/10, Dl500... eh bien pour moi, ils méritent presque tous des Top franchise (10/10 au pire 9/10) !
Du coup, qui est le plus sévère de nous deux envers ST TOS ? p


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#13 08-10-2012 22:55:15

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Mypreciounico a écrit :

Concernant The Galileo Seven, les réflexions de Spock sur la planète me paraissent souvent guidées par les besoins du scénario.
A l'image de sa stratégie de tirs de phasers pour démontrer leur puissance de feu, la supériorité de leurs armes (c’est entre autre ce passage que je qualifie de "quasi amateur"). Il fonde sa réflexion logique en supposant que les créatures vont réagir de la même manière que les espèces qu'il connais déjà. "La logique voudrait que...".
Je trouve ça très léger de la part d'un homme à ce niveau de responsabilités. Il ne suffit pas de dire qu'une chose est logique pour qu'elle le soit.
Car justement la notion de logique est ici poussé tellement loin qu'elle en devient stupide. Comme ces argumentations sans fin pour l'enterrement des deux red shirts. Le temps passé à en discuter est stupidement gâché...
D'une manière générale le passage sur  Taurus II me parait raté parce que c’est justement traité par dessus la jambe et que c'est inconsistant. A moins que ça soit le manque de moyen qui fasse ça.

+100 wink

Et je suis heureux qu'ENFIN un trekker de ce forum partage mon (res)sentiment envers ST TOS 01x13 The Galileo Seven. Un épisode trop souvent fétichisé en raison du désir instinctif de voir triompher – même à peu de frais - le puant modèle anthropomorphe.

Mais faut-il encore que les actes et les psychologies aient un minimum de cohérence pour que l'enchâssement soit convaincant. Et là, difficile de taire ma propre formation militaire. Spock est indigne de porter l'uniforme dans ST TOS 01x13 The Galileo Seven, alors que la "voie vulcaine" aurait dû à l'inverse en faire le plus efficace des commandants : pertinent et impitoyable comme l'est toujours la logique bien comprise. Cf. le premier commandement de Data dans ST TNG 05x01 Redemption II (qui est tout de même autrement crédible) !
Hélas dans The Galileo Seven, Spock aligne toutes les fautes de commandements possibles et imaginables, tout en se gargarisant de logique jusqu'à la nausée (logic in name only). Cela fait vraiment pitié. Du coup, l'épisode ne révèle pas les éventuelles limites de la logique vulcaine, mais uniquement celles des scénaristes.

Résultat : les trekkers qui défendent cet épisode en sont réduit à devoir récuser la logique vulcaine, qui serait en somme inapte au commandement ! Le comble ! Alors que le b.a.ba de la logique, c'est justement de prendre en considération les schémas émotionnels, aussi bien des subordonnés que des adversaires (a fortiori lorsque l'on passe sa vie à réprimer ses propres émotions et que l'on pratique le mind meld). Pour preuve, Spock, Tuvok, et T'Pol n'ont cessé d'attester d'une parfaite appréhension des psychés humaines durant leurs années de services à bord des vaisseaux de Starfleet.
Et le fabuleux épisode ST ENT 04x03 Home soulignera – par l'entremise de T'Les – à quel point les Vulcains sont des experts émotionnels. Il ne serait guère crédible de prétendre maîtriser ce que l'on ignore. Sauf à vouloir décrédibiliser toute la civilisation vulcaine.


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#14 09-10-2012 10:56:28

bound
Explorer of the further region of experience

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Moi qui aime le fond de TOS j'ai un gros problème avec la forme, et les nouveaux SFX n'y ont rien changé. Niveau fond j'aime bien cet épisode. Contrairement aux détracteurs de ce segment je trouve que c'est un excellent moment pour Spock, et les dialogues sont savoureux. Mais alors niveau forme qu'est ce que c'est ridicule! Des Aliens simiesques au maquillage grotesque, qui lancent des flèches géantes avec l'énergie d'un papy de 80 balais, le tout dans des rochers en carton avec de la brume censé masquer la misère des décors.

Dernière modification par bound (09-10-2012 12:54:46)

Hors ligne

#15 11-10-2012 23:26:58

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

7.
Et en version remastered.
2 choses me posent pb dans cet épisode après l'avoir revu. D'abord la surenchère des SFX remasrered. C'est parfois "too much" et ça ne s'incère pas au mieux avec TOS. Ensuite le "trop plein" de logique dans les répliques de Spock au point d'énerver autant ques les protagonistes de l'épisode. Cependant, ce mot sans cesse prononcé ramène à l'humanité de Spock: il s'énerve (lors de l'attaque des "monstres"), crie, et finalement se rend compte que ses décisions n'étaient pas forcément les bonnes. C'est là que ça devient bon.
Les "craignos monsters" sont vraiment ratés mais j'ai cependant bien apprécié les décors studios. Ils sont bons au regard du budget dérisoire de la série.
Un homme ressort: c'est Mc Coy, car c'est lui qui finalement tient l'histoire. Impeccable Kelley.
On peut se demander pourquoi pour un relevé de données on met dans une navette l'officier en second, le médecin chef, et l'ingénieur en chef ensembles????
Bref, l'épisode reste agréable à regarder et l'histoire est sympa avec un épilogue classique et une mise en boîte de Spock. Reste que l'on sent bien le prétexte à mettre en avant Spock; ce n'est pas forcément le plus réussi.

Je reconnais en avoir gardé un meilleur souvenir...
Finalement mon avis évolue au cours du temps, y compris sur les premiers épisodes de cette saison une...l'âge peut-être! wink

Dernière modification par dl500 (11-10-2012 23:35:32)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#16 25-12-2012 21:20:00

IMZADI
Memory Alpha

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Version VF du remake de the Galileo Seven en comics

http://star-trek.be/data/Fiche/C2/C2D/018.html
http://star-trek.be/data/Fiche/C2/C2P/018.jpg


-"I'm a number, I'm not a free man, I'm the number NCC-1701..."

Beaucoup de choses que nous faisons tout naturellement nous deviennent difficiles dès l'instant où nous cherchons à les intellectualiser. Il arrive qu'à force d'accumuler les connaissances sur un sujet donné, nous devenions ignares.
- Texte mentat n°2 (Dune: Chapter House)

Hors ligne

#17 31-01-2015 17:30:39

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Après les discussions sur la restauration plus ou moins bonne de TOS, je me suis remis à son visionnage.

Si l'épisode est bien restauré (je mets de côté mes remarques habituelles), cette fois pas de tâches noires, il y a un moment où on a l'impression de repasser en SD, lors de l'attaque du Craignos Monster sur le Galileo, la différence de pellicule est telle qu'on a l'impression que cette partie a été oubliée. Curieuse sensation. Un flou très présent pendant 2 minutes, quel que soit le plan.

Sinon même si l'intention est louable, les effets numériques sont un peu trop "lisses" et jurent avec l'ensemble.

Au final, seuls les "flous" de pellicules sont à déplorer, mais ça, il n'est pas possible de les corriger malheureusement.

L'épisode a vieilli, surtout dans la scène de fin, l'épilogue s'avère particulièrement daté dans sa construction et dans son humour final. (je passe sur la planète en carton, typique du show).

La bande son en revanche est un vrai régal HD, et ne souffre d'aucune critique, les canaux arrières sont pour une fois particulièrement utilisés.

J'ai enchainé cet opus derrière le double épisode "Storm Front" d'ENT 4 et j'ai fait le maximum pour conserver la lecture internaliste, mais il faut faire un effort particulier pour y rentrer.

Dernière modification par dl500 (31-01-2015 17:44:13)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#18 01-02-2015 14:23:26

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

dl500 a écrit :

L'épisode a vieilli, surtout dans la scène de fin, l'épilogue s'avère particulièrement daté dans sa construction et dans son humour final. (je passe sur la planète en carton, typique du show).

Je ne suis pas d'accord , cet épisode n'a pas vieillit d'un iota . Son intrigue est tellement intemporelle que la structure, et certaines de ses meilleures idées  sont reprises comme telle dans un épisode de BSG2003 ( You Never Go Home Again.S.1 )  , qu'on la retrouve aussi dans plusieurs épisodes des spin  off Star Trek donc l'excellent Shuttlepod One.ENT.1 , & je crois même dans un épisode de Babylon V . Je ne sais plus lequel, je n'ai vu la série qu'une seule fois, trop peu pour se prétendre un expert .

Il y a une idée universelle qui se dégage de cet épisode séminal : Quand il n'y a plus d'espoir, il y en toujours un , même si  rationnellement ça ne sert à rien : Il y a toujours et encore un espoir & qu'il faut le saisir .. Il faut y croire.
Ce n'est pas un acte de raison , mais purement et simplement un acte du coeur , un acte de foi :  c'est à dire humain ..

Quand à l'humour du final , je me marre à chaque fois de tout coeur avec l'équipage, malgré le côté "over the top" de l'acting ( qui n'est pas l'un de mes moindres plaisirs )  . Spock qui n'admet toujours pas son humanité, malgré les faits est drôle.. J'en ris de bon coeur comme je rirais de Sheldon Cooper de la série " Big Bang Theory " . Je ne sais pas si tu regardes TOS en VO , dl500 , mais les dialogues du final sont succulents, plein de double sens ,  digne de l'humour de Lewis Caroll : "Une main de logique dans un gant d'absurdité " : imparable donc drôle ... Enfin selon moi.


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#19 01-02-2015 15:06:44

mbuna
Artificiel

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

dl500 a écrit :

J'ai enchainé cet opus derrière le double épisode "Storm Front" d'ENT 4 et j'ai fait le maximum pour conserver la lecture internaliste, mais il faut faire un effort particulier pour y rentrer.

C'est sûrement cela qu'Yrad appelle une schizophrénie parfaitement maîtrisée. J'en ai passé du temps sur des mires à calibrer mon écran et regarder des oeuvres en étalonnant une partie de mon plaisir au résultat technique (vidéo et audio)... Toute cette période est belle et bien finie, je suis devenu pour ma part parfaitement schizophrène mdr  Aucun mal à passer d'une image sublime à une autre dégueulasse.
Ça fait presque 30 ans maintenant que je regarde TOS et je me refuse à avoir du mal à "rentrer dedans" pour de simples questions d'image qui pourtant sont les mêmes dans mon esprit que celles qui m'ont fait aimer cette série à l'époque.

Et encore heureusement d'ailleurs,  vu la tonne de comédies musicales des années 40 et 50 que je me tape par ailleurs, j'en serais bien malheureux...
Je pense que tout est question de degré d'exigence de chacun smile


Star Trek, je devais te quitter pour préserver notre amour, mais je vais attendre un peu.

Hors ligne

#20 01-02-2015 19:17:28

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Buckaroo a écrit :

Je ne suis pas d'accord , cet épisode n'a pas vieillit d'un iota .

Sur le fond je suis d'accord, sur la forme non. Rien que sur la fin où tout le monde se poile la rate alors que le premier commandement de Spock s'est soldé par la mort de 2 membres de l'équipage, aussitôt oubliés d'ailleurs. L'épisode a presque 50 ans et malgré tout l'amour que j'ai pour la série originale, il faut bien reconnaitre que ça a pris un coup de vieux.
Les Avengers et Steed avec Emma Peel aussi et cela reste pour autant un chef d'œuvre. Le constater et être objectif n'est pas pour autant être désobligeant.
Les SFX CGI d'ENT ont aussi pris un coup et je prends toujours un grand plaisir à revoir cette série.
Bien sur que je dissocie le fond et la forme. Mais actuellement je me concentre sur la retranscription HD de ma série, la seule l'unique pour moi.  wink


Buckaroo a écrit :

Son intrigue est tellement intemporelle que la structure, et certaines de ses meilleures idées  sont reprises comme telle dans un épisode de BSG2003 ( You Never Go Home Again.S.1 )  , qu'on la retrouve aussi dans plusieurs épisodes des spin  off Star Trek donc l'excellent Shuttlepod One.ENT.1.

Que je viens aussi de revoir, et qui n'a rien à voir...Sauf sur l'explosion de fin pour se faire repérer...c'est mince. Dans un, ils savent qu'il y a l'Enterprise qui les recherchent, dans l'autre il n'y a plus d'espoir (enfin c'est ce qu'ils pensent).

Dernière modification par dl500 (01-02-2015 19:44:15)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#21 01-02-2015 19:21:36

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

mbuna a écrit :

C'est sûrement cela qu'Yrad appelle une schizophrénie parfaitement maîtrisée. J'en ai passé du temps sur des mires à calibrer mon écran et regarder des oeuvres en étalonnant une partie de mon plaisir au résultat technique (vidéo et audio)...

Pas moi, je ne touche pas à mon matériel tant que le réglage n'a pas bougé.  wink
J'ai bien pris le recul par rapport à l'année de production, c'est juste que certains épisodes de la franchise (mêmes récents d'ENT) marquent le pas parfois et il faut du recul pour ne pas en tenir compte.

mbuna a écrit :

Ça fait presque 30 ans maintenant que je regarde TOS et je me refuse à avoir du mal à "rentrer dedans" pour de simples questions d'image qui pourtant sont les mêmes dans mon esprit que celles qui m'ont fait aimer cette série à l'époque.

Pareil, cette série est intemporelle et rien ne m'en fera détourner avant un bon bout de temps, même si je me réserve parfois le droit de la critiquer...  wink
C'est justement parce que c'est un chef d'œuvre que je me permets de soulever quelques unes de ses petites imperfections.

Dernière modification par dl500 (01-02-2015 19:43:27)


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#22 01-02-2015 19:50:42

dl500
TOS Forever

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Buckaroo a écrit :

. Je ne sais pas si tu regardes TOS en VO , dl500 , mais les dialogues du final sont succulents, plein de double sens ,  digne de l'humour de Lewis Caroll : "Une main de logique dans un gant d'absurdité " : imparable donc drôle ... Enfin selon moi.

Alors pour TOS et TAS, uniquement en VO, le doublage canadien(épouvantable) qui plus est mono c'est juste pas possible.
TNG, VO aussi, avec à de très rares occasions la VF (surtout les films) quand je regarde avec un invité ou mon fils.
ENT, en VF à 95% parce que le doublage réalisé est très bon et que j'ai du mal avec l'accent riccain (ici Bacula et Trinneer, dur!).
VOY et DS9 c'est en VF (sauf les épisodes où il y a un crossover avec un (ou des) personnage(s) d'une autre série).


L'être humain a deux vies. La seconde commence quand il se rend compte qu'il n'en n'a qu'une...

Hors ligne

#23 02-02-2015 11:51:16

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Réponse partielle à ce post de Mbuna ici

dl500 a écrit :

Si l'épisode est bien restauré (je mets de côté mes remarques habituelles), cette fois pas de tâches noires, il y a un moment où on a l'impression de repasser en SD, lors de l'attaque du Craignos Monster sur le Galileo, la différence de pellicule est telle qu'on a l'impression que cette partie a été oubliée. Curieuse sensation. Un flou très présent pendant 2 minutes, quel que soit le plan.

De tels brefs passages en SD (quelque secondes max) se produisent périodiquement dans tous les remastering HD y compris ceux de ST TNG et aussi dans les restaurations Blu-ray de la plupart des vieux films (hormis pour des exceptions qualitatives comme Lawrence Of Arabia étant donné les budgets pharamineux qui y ont été engouffrés).
Mais ce n'est finalement pas une si mauvaise chose, car ce sont autant de piqûres de rappel du travail accompli qui permettent de mesurer in situ le décalage entre l'avant (SD) et l'après (HD).

dl500 a écrit :

Sinon même si l'intention est louable, les effets numériques sont un peu trop "lisses" et jurent avec l'ensemble.

Il n'y a pas que l'intention qui soit louable, le résultat l'est tout autant ! Dans cet épisode particulier, les SFX originels étaient juste grotesques : entre la navette supposée être en orbite de Taurus II mais qui continue toujours à croiser en FTL (!!!) ou encore ses mouvements spatiaux ridicules qui trahissent les gestes du marionnettiste derrière (digne de Plan 9 From Outer Space !), sans oublier la représentation absurde du quasar Murasaki 312 (comme s'il s'agissait d'un nébuleuse aquatique ou d'un brouillard spatial !!!). Bref, un palmarès qui aurait eu sa place dans Lost In Space (1965-1968), la série de SF la plus scientifiquement inculte de l'histoire…
Eh bien ces nouveaux SFX - qu'il est apparemment devenu de bon ton de considérer superfétatoires – corrigent dans les moindres détails tout ce festival d'incohérences anti-trekkiennes afin de rétrocéder à ST TOS 01x13 The Galileo Seven sa pleine place au sein du Trekverse. Désormais, le remastering fait pleinement correspondre le visuel externe aux lieux et aux actions, et il se paye en outre le luxe d'être magnifique (par exemple Murasaki 312 tellement plus authentique que le trou-noir-pour-rire d'Abrams, ou encore la course orbitale lorsque Spock enflamme le carburant de la navette Galileo 7 : waw ! eek).
Quant à la différence de texture entre les scènes live (rugueuses) et les nouveaux SFX spatiaux (lisses), cela ne fait que souligner utilement l'écart qui existe entre les environnements accueillants (intérieur des vaisseaux, surfaces des planètes de classe M…) et les environnement hostiles (cosmos, orbites, extérieur des vaisseaux…). Dans des séries récentes (BSG 2003, SG-U…), des écarts de ce genre sont des partis pris intentionnels et le résultat n'en est que plus saisissant.
Et puis il faut garder à l'esprit que la lisseur des SFX spatiaux renvoie à la véritable manifestation visuelle du cosmos (dans le monde réel). Il suffit de contempler - même en très haute définition - les images rapportées par les sondes spatiales comme Cassini, Huygens… :  Saturne y apparait plus CGi-like que les CGI de première génération.

dl500 a écrit :

Les SFX CGI d'ENT ont aussi pris un coup

eek scratch
Alors là, je ne vois pas où !?! Hormis en terme de définition aussi variable que limitée (un petit 720p en moyenne) dans les trois premières saisons (impliquant de l'aliasing en 1080p), les SFX d'ENT demeurent les plus beaux CGI que nous ait proposés la franchise ST, plus réalistes aussi que ceux du remastering de TOS, et meilleurs que ceux de BSG 2003 (si ce n'est que cette dernière en masquait les quelques faiblesses au moyen de perpétuels mouvements de caméras).

dl500 a écrit :

L'épisode a vieilli, surtout dans la scène de fin, l'épilogue s'avère particulièrement daté dans sa construction et dans son humour final.

dl500 a écrit :

Sur le fond je suis d'accord, sur la forme non. Rien que sur la fin où tout le monde se poile la rate alors que le premier commandement de Spock s'est soldé par la mort de 2 membres de l'équipage, aussitôt oubliés d'ailleurs. L'épisode a presque 50 ans et malgré tout l'amour que j'ai pour la série originale, il faut bien reconnaitre que ça a pris un coup de vieux.

A croire que tu ton sentiment se rapproche un peu… du transgressif mien. mdr

Cela dit, à mon sens, ce n'est pas tant que ST TOS 01x13 The Galileo Seven a vieilli sur son fond, c'est juste qu'il est psychologiquement foireux dans son exploration de la charge de commandement et de la logique vulcaine. Et j'impute ça au fait qu'à ce stade de développement, TOS ne se pensait pas encore comme un véritable univers de SF et était encore prisonnière de son format exclusivement métaphorique. Nul auteur n'avait encore à cœur de comprendre et de respecter la philosophie et la culture vulcaines, Spock n'était encore rien d'autre qu'une allégorie sur pied !
Alors autant cela n'avait rien de préjudiciable avec les "planètes de la semaine" où l'on rencontrait des civilisations qui n'étaient pas appelées à reparaître plus tard, autant cela pouvait être réducteur pour des extraterrestres récurrents fatalement un peu sacrifiés sur l'autel de l'anthropomorphisme.
Maintenant, cette faiblesse admise, la saison 1 de ST TOS n'en demeure pas moins l'une des meilleures de la franchise ST (hormis pour trois épisodes dont celui-ci).

dl500 a écrit :

je passe sur la planète en carton, typique du show

Oui, mais dans cet épisode, c'est bien plus perceptible que dans les autres, le pire étant probablement les scènes où les rochers et les "collines" bougent sous le poids ou l'inertie des acteurs... damn
Vraiment dommage que le couple Okuda n'ait pas eu le budget de faire un remastering plus invasif (au moins pour quelques épisodes comme celui-ci).

dl500 a écrit :

J'ai enchainé cet opus derrière le double épisode "Storm Front" d'ENT 4 et j'ai fait le maximum pour conserver la lecture internaliste, mais il faut faire un effort particulier pour y rentrer.

Dans le présent cas (et comme je l'évoquais là), la lecture internaliste ne consiste pas à enchainer le visionnage de ST TOS 01x13 The Galileo Seven et de n'importe quel épisode d'une autre série ST. Il s'agit d'un enrichissement global et cumulatif, à l'image des évolutions sociétales étalées sur des siècles, et auxquelles seront surtout sensibles ceux qui cherchent à dépasser la seule lecture parabolique d'un épisode.
Le bénéfice internaliste, c'est de parvenir à transformer a postériori et rétroactivement une finalité d'écriture strictement externaliste (par exemple une fable ou une allégorie) en une cohérence internaliste (par exemple la manifestation d'une évolution sociale ou les conséquences de certains évènements antérieurs sis dans l'univers ST).

dl500 a écrit :

Que je viens aussi de revoir, et qui n'a rien à voir...Sauf sur l'explosion de fin pour se faire repérer...c'est mince. Dans un, ils savent qu'il y a l'Enterprise qui les recherchent, dans l'autre il n'y a plus d'espoir (enfin c'est ce qu'ils pensent).

Bien d'accord. ST ENT 01x16 Shuttlepod One nous raconte une histoire distincte à la base (la conviction de la mort de tout l'équipage + la certitude de sa propre mort dans Shuttlepod One versus la crainte de sa propre mort dans The Galileo Seven), et sur un ton bien différent (survival humiliant de désespoir sans la moindre once d'allégorie dans Shuttlepod One versus allégorie du commandement et triomphe de l'humanité sur la vulcanité dans The Galileo Seven).
Alors après, on peut évidemment trouver des similitudes structurelles comme entre ST II TWOK et ST Nemesis ou entre ST TNG 04x11 Data's Day et ST ENT 01x13 Dear Doctor, mais le fond, le propos, le ressenti se démarquent radicalement ! Autant qu'une "planète de la semaine" peut se départir d'une autre "planète de la semaine (suivante)" dans un même formula show.

dl500 a écrit :

Pareil, cette série est intemporelle et rien ne m'en fera détourner avant un bon bout de temps, même si je me réserve parfois le droit de la critiquer...  WINK
C'est justement parce que c'est un chef d'œuvre que je me permets de soulever quelques unes de ses petites imperfections.

dl500 a écrit :

Les Avengers et Steed avec Emma Peel aussi et cela reste pour autant un chef d'œuvre. Le constater et être objectif n'est pas pour autant être désobligeant.

Encore heureux ! Surtout avec toutes les précautions que tu prends pour ne heurter la sacralité de personne… mdr
Tu sais, lorsque j'évoquais dans ce post la répartition en popularité des séries ST sur ce forum, j'aurais dû préciser un point : si TNG et TOS sont bel et bien les deux seules séries qui font l'unanimité, TOS est néanmoins la seule série qu'il soit impossible de critiquer ici sans avoir la pénible impression de blasphémer ! Même ses défauts (quel chef d'œuvre n'en a pas ?) sont toujours présentées comme des merveilles incomprises ! C'est aussi ça que je qualifie de religion du fétichisme. tongue

dl500 a écrit :

Alors pour TOS et TAS, uniquement en VO, le doublage canadien(épouvantable) qui plus est mono c'est juste pas possible.
TNG, VO aussi, avec à de très rares occasions la VF (surtout les films) quand je regarde avec un invité ou mon fils.
ENT, en VF à 95% parce que le doublage réalisé est très bon et que j'ai du mal avec l'accent riccain (ici Bacula et Trinneer, dur!).
VOY et DS9 c'est en VF (sauf les épisodes où il y a un crossover avec un (ou des) personnage(s) d'une autre série).

L'ennui avec un tel medley sonore, c'est que cela contribue un peu à briser l'unité trekkienne d'ensemble (en VO only). Aussi désagréable qu'ils soient peut-être, les accents marqués de certains personnages participent aussi de la symphonie et de son évolution.

[Note : réponse (partielle) de Dl500 à ce post ]


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

#24 02-02-2015 17:41:53

Buckaroo
Gotta Light ?

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

dl500 a écrit :
Buckaroo a écrit :

Je ne suis pas d'accord , cet épisode n'a pas vieillit d'un iota .

Sur le fond je suis d'accord, sur la forme non. Rien que sur la fin où tout le monde se poile la rate alors que le premier commandement de Spock s'est soldé par la mort de 2 membres de l'équipage, aussitôt oubliés d'ailleurs. L'épisode a presque 50 ans et malgré tout l'amour que j'ai pour la série originale, il faut bien reconnaitre que ça a pris un coup de vieux.

Si chaque épisode devait se finir par une oraison funébre, TOS aurait été la plus triste des séries TV , fut l'hécatombe de Red Shirts .. lol
De manière sérieuse, mettons nous à la place de Starfleet Officer.. Ce sont des hommes et des femmes qui cotoyent la mort nuit et jour , ils en sont habitués.
Galileo Seven est un épisode sur Spock , sur ce qu'il est et comment les autres le perçoivent .. Comme tu es intime avec le personnage comme l'est le "bridge crew " de l'Enterprise , tu ne peux que rire du fait qu'il admet toujours pas son humanité.. Ce rire en bonne compagnie est peut être quelque chose de libérateur pour eux , comme une soupape de sécurité , ils relâchent de la vapeur.
Il faut pas croire que le deuil est juste une question de tritesse et de larmes .. J'ai eut un deuil récemment & nous avons aussi rit tous réunit ensemble des bonnes choses derrière l'enterrment , la vie doit reprendre son cours..

Le deuil , la piquûre brutale de la mort est dans le feu de l'action.. et ce n'est pas comme si Gaetano &  Latimer n'ont pas eut le droit à un enterrement en bon et us forme .. Encore un détail qui montre l'humanisme de Spock, malgré une situation précaire ou la logique devrait prévaloir sur tout le reste : Il accorde à tout le monde un moment de recuiellement, là ou il aurait été préférable de déguerpir au plus vite.

Mais je vois ce que tu veux dire Dl500 .. La partie de rigolade est un gimmick de série TV daté ..


Buckaroo a écrit :

Son intrigue est tellement intemporelle que la structure, et certaines de ses meilleures idées  sont reprises comme telle dans un épisode de BSG2003 ( You Never Go Home Again.S.1 )  , qu'on la retrouve aussi dans plusieurs épisodes des spin  off Star Trek donc l'excellent Shuttlepod One.ENT.1.

Que je viens aussi de revoir, et qui n'a rien à voir...Sauf sur l'explosion de fin pour se faire repérer...c'est mince. Dans un, ils savent qu'il y a l'Enterprise qui les recherchent, dans l'autre il n'y a plus d'espoir (enfin c'est ce qu'ils pensent).

Ca va plus loin que la simple référence à l'explosion de dernière minute.. Tu as là deux épisodes qui enferme dans une navette ( ou près ) un groupe de personne au tempérament différent , en mode survie en milieu hostile , sans le moindre espoir de secours..
Dans le cas de Spock,  c'est lui seul , la froide raison , le roc,   contre les autres, entravés par leur émotions ,  plus fluctuants.
Dans Shuttlepod , c'est le très droit et pessimiste Reed contre le plus jovial et optimiste Trip Tucker..
Le fond étant le même : Tant qu'il y a de la vie , il y a de l'espoir .


TrekCoreSig_Picard.jpg

Hors ligne

#25 04-02-2015 11:00:49

yrad
admin

Re : ST TOS 01x13 The Galileo Seven (Galilée ne répond plus)

Buckaroo a écrit :

Galileo Seven est un épisode sur Spock , sur ce qu'il est et comment les autres le perçoivent .. Comme tu es intime avec le personnage comme l'est le "bridge crew " de l'Enterprise , tu ne peux que rire du fait qu'il admet toujours pas son humanité.. Ce rire en bonne compagnie est peut être quelque chose de libérateur pour eux , comme une soupape de sécurité , ils relâchent de la vapeur.
Il faut pas croire que le deuil est juste une question de tritesse et de larmes .. J'ai eut un deuil récemment & nous avons aussi rit tous réunit ensemble des bonnes choses derrière l'enterrment , la vie doit reprendre son cours..

Entièrement d'accord sur le principe. Rire pour mieux cacher les larmes, pour continuer à avancer tant bien que mal… je connais ça, et même à dire vrai, je ne connais que ça ! Nous connaissons tous ça en fait. C'est grâce à ça que le genre humain surmonte, que la société survit, que la mort de quelques-uns n'est pas la fin de tout.
Et cette réalité psycho-sociale, ST DS9, ST ENT, B5, SG-U, et BSG 2003 ont magistralement su la mettre en scène, de façon à la fois subtile et poignante. Qu'on aime ou pas ces séries-là, c'est quelque chose qu'on ne peut pas leur dénier.

Malheureusement, il n'y a rien de tout ça dans l'épilogue de ST TOS 01x13 The Galileo Seven, même au troisième degré, même de façon suggérée, même en cherchant des polysémies. Car la partie de rigolade finale est tellement outrée, tellement démonstrative, tellement monodimensionnelle, tellement dénuée de subtexts… qu'elle se révèle être la cause finale (selon la dialectique aristotélicienne) de l'épisode, la raison pour laquelle on nous a infligé l'interminable ridiculisation de la logique de Spock (et toute cette surdose de racisme anti-vulcain).
Et dans ce déterminisme d'écriture, la véritable nature des deux red shirts n'en devient que plus criante : pas juste des anonymes expandables, carrément des accessoires, de vulgaires props vivants…

Buckaroo a écrit :

Le deuil , la piquûre brutale de la mort est dans le feu de l'action.. et ce n'est pas comme si Gaetano &  Latimer n'ont pas eut le droit à un enterrement en bon et us forme .. Encore un détail qui montre l'humanisme de Spock, malgré une situation précaire ou la logique devrait prévaloir sur tout le reste : Il accorde à tout le monde un moment de recuiellement, là ou il aurait été préférable de déguerpir au plus vite.

Curieuse relecture des événements… Le problème est que la logique n'a jamais prévalu dans cet épisode, ni du côté de Spock qui s'en gargarise stérilement jusqu'à la nausée, ni du côté des humains qui préfèrent contempler leurs propres émotions fétichisées pour mieux vomir leur xénophobie anti-vulcaine.
Spock est pleinement responsable – par pur illogisme – de la mort absurde de Gaetano (étant donné la façon dont était mort Latimer juste avant). Mais à aucun moment Spock n'a cherché de lui-même a enterrer Latimer et Gaetano, il a juste fini par céder au harcèlement lourdingue de Boma et de McCoy. Il n'y a donc aucun humanisme dans tout ça, juste un maximum d'illogisme chez Spock et un maximum de racisme chez les humains. De tout l'équipage du Galileo 7, il n'y a que Scotty et Mears à s'être comportés de façon professionnelle.

Buckaroo a écrit :

La partie de rigolade est un gimmick de série TV daté

My words exactly. Ou presque… étant donné que ce gimmick n'est heureusement pas systématique dans la série. ST TOS a tout de même offert d'innombrables épilogues humoristiques ou décalés qui n'étaient ni outrés ni indécents… Je songe par exemple à la fin de ST TOS 02x09 The Apple qui rayonne de second degré intelligent… c'est à dire de grande lucidité (de la part des auteurs comme des personnages) derrière une ironie savoureuse.

Buckaroo a écrit :

Ca va plus loin que la simple référence à l'explosion de dernière minute.. Tu as là deux épisodes qui enferme dans une navette ( ou près ) un groupe de personne au tempérament différent , en mode survie en milieu hostile , sans le moindre espoir de secours..
Dans le cas de Spock,  c'est lui seul , la froide raison , le roc,   contre les autres, entravés par leur émotions ,  plus fluctuants.
Dans Shuttlepod , c'est le très droit et pessimiste Reed contre le plus jovial et optimiste Trip Tucker..

Visiblement, c'est une ritournelle ici de confondre la structure narrative avec l'histoire ou avec le fond (cela fait des années que cette confusion est entretenue au sujet de ST II TWOK et ST Nemesis). rolleyes
Dans une série à formule (cas de ST TOS/TNG/VOY/ENT, un peu moins de ST DS9 et de la saison 3 de ST ENT), il existe une multitude de constantes contextuelles, événementielles, ou interactives inscrites dans le cahier des charges et/ou qui se répètent épisodes après épisodes. Ainsi dans ST, on retrouve sans cesse les schémas de la planète que les protagonistes vont explorer, du vaisseau inconnu qui attaque, de la navette qui se crashe sur une planète, de l'anomalie spatiale qui fausse les lois physiques connues, de la nécessaire survie entre amis (et/ou ennemis), de la mise en défaut de la logique d'I.A. liberticides ou criminelles, etc... Eh bien de la même façon, il y a la structure narrative du petit groupe de héros livré à lui-même dans un environnement hostile et qui va finalement devoir faire des trucs pas raisonnables pour survivre.
Pour autant, cette ossature ne constitue en rien l'histoire elle-même, pas même le synopsis, et encore moins le fond.
Et quoique partageant des structures narratives très proches (incluant des modes de résolution semblables : tenter le tout pour le tout pour attirer l'attention quitte à sacrifier son espérance de vie), il y a un vrai fossé conceptuel – pour ne pas dire paradigmatique – entre ST TOS 01x13 Galileo Seven et ST ENT 01x16 Shuttlepod One. Rien de moins que le gouffre qui sépare l'espérance (même irrationnelle)... de la résignation (face à l'inéluctable) ! Le premier symbolise l'expérience de la (sur)vie lorsque le second emblématise d'expérience de la mort (certaine). Autant dire des propos et des fonds aux antipodes l'un de l'autre... même s'ils se rejoignent dans les dernières minutes des deux épisodes.

Buckaroo a écrit :

Le fond étant le même : Tant qu'il y a de la vie , il y a de l'espoir .

Si c'est vraiment ça le fond, alors on peut dire qu'il est commun aux (presque) 736 opus de la franchise… et que ST, c'est (presque) 736 fois la même histoire… big_smile

Réponse également   wink


« Science fiction is the most important literature in the history of the world, because it's the history of ideas, the history of our civilization birthing itself. Science fiction is central to everything we've ever done, and people who make fun of science fiction writers don't know what they're talking about. »
Feu Ray Bradbury

Hors ligne

Pied de page des forums